19 février 2017

Commentaires fermés

MONKIEF | Kiefer Sutherland Fan Site – Le Site des Fans de Kiefer Sutherland

Monkief est un site de fans, à but non lucratif, sur l’acteur de renommée internationale
KIEFER SUTHERLAND.

Monkief is a nonprofit fansite about a world-renowned actor
KIEFER SUTHERLAND.

MONKIEF vous informe sur l’actualité (News, photos, vidéos) de l’acteur canadien, né à Londres, KIEFER SUTHERLAND. Sa carrière est marquée par de nombreux rôles différents au cinéma, à la télévision, au théâtre, des documentaires, des films d’animation, la musique… Mais c’est dans le rôle de Jack Bauer dans la série culte “24”, que Kiefer Sutherland rencontra une renommée époustouflante. Comme son père l’acteur Donald Sutherland, Kiefer est une personne de talent qui a bâti sa carrière avec passion…

          MONKIEF Website is about the current events (News, photos, videos) of the Canadian actor, born in London, KIEFER SUTHERLAND. Sutherland has appeared in more than 70 films… He is a television and cinema actor. He was on stage in theater… He narrated many documentaries and dubbed his voice for videos game and animated films… He is singer… He is best known for his portrayal of Jack Bauer on the Fox series 24. Like his father the actor Donald Sutherland, Kiefer is a talented actor, he works with a great deal of passion.

KIEFER SUTHERLAND

“Favorite Photo Of The Week”- “La photo de la semaine”

MONKIEF | Kiefer Sutherland Fan Site - Le Site des Fans de Kiefer Sutherland dans N/ 469084KieferSutherland

1995 / 1996

All Current News About Kiefer Sutherland
Toutes les news et actualités de Kiefer Sutherland

Connect with MONKIEF – Rejoignez MONKIEF: 823398facebookmonkief dans N/

Facebook : @kiefersutherlandmonkief www.facebook.com/kiefersutherlandmonkief

198211twittermonkief

Twitter : @Monkief twitter.com/Monkief

19 février 2017

Commentaires fermés

Kiefer Sutherland Concert « Seneca Niagara Casino » Niagara Falls

le 18 février 2017 à Niagara Falls. Canada.

Kiefer Sutherland performs his original music in concert at the at Seneca Niagara Casino in Niagara Falls on February 18, 2017.

Album Down In A Hole

Kiefer Sutherland Concert

By @ScottLayton421 Twitter

588194francejolicoeur dans Down In A Hole

By @larouquine57 Twitter

1617801007109900KieferSutherland1Cantillon dans → 02-MUSIC

9331521007109900KieferSutherland2Cantillon

5876541007109900KieferSutherland3Cantillon

8998031007109900KieferSutherland6Cantillon

8634321007109900KieferSutherland7Cantillon

6726241007109900KieferSutherland8Cantillon

5136301007109900KieferSutherland9Cantillon

4947011007109900KieferSutherland11Cantillon

9231631007109900KieferSutherland12Cantillon

4205421007109900KieferSutherland13Cantillon

2795151007109900KieferSutherland14Cantillon

9549701007109900KieferSutherland15Cantillon

6955471007109900KieferSutherland16Cantillon

3478321007109900KieferSutherland17Cantillon

Credit: Sharon Cantillon/Buffalo News buffalonews.com

655927hollywoodminute

@hollywoodminute Twitter

2251565913

By Marie@momtokka

By Marie@momtokka @RealKiefer Enjoyed the show immensely last night! Fantastic music! #IKnewTheSongs


Thanks France Jolie Coeur & Donna Petrone

14 février 2017

Commentaires fermés

Kiefer Sutherland Romantic track from Down in a Hole « I’LL DO ANYTHING » LYRICS /Une chanson romantique chantée et écrite par Kiefer Sutherland

Kiefer Sutherland and Jude Cole penned « I’ll Do Anything » for the actor-musician debut album.

Kiefer Sutherland et Jude Cole ont écrit « I’ll Do Anything » pour le premier album de l’acteur musicien.

Image de prévisualisation YouTube

Lyrics :

I’ve been searching for you all my life
Looked so hard that I went blind
There you were standing in front of me
Right in front of me. For all this time

When my world would come undone
I’d call on you to confide
And all Those nights I spent laughing
There you were right by my side

I love you just the way you are
No, I wouldn’t change a thing
And if you’ll take me as I am, Girl
I’ll do anything, I’ll do anything

I don’t expect that you could love me
Or even see me in this light
But this feeling’s hit me so strong
This feeling that I cannot fight

I love you just the way you are
No, I wouldn’t change a thing

And if you’ll take me as I am
I’ll do anything, I’ll do anything, I’ll do anything

Leaving all I had behind
Just to make you mine

I’ve been searching for you all my life
Now the truth can’t be denied
Perfect angel, take my hand
And together we can make our stand

I love you just the way you are
No, I wouldn’t change a thing
And if you’ll take me as I am, Girl
I’ll do anything, I’ll do anything, I’ll do anything, I’ll do anything

With a film and television career that has seen him face his fair share of perilous situations while portraying action heroes and the occasional villain, all it takes for Kiefer Sutherland to showcase his most vulnerable side is the subject of love – or the lack thereof. In the tender video for « I’ll Do Anything, » Sutherland’s unvarnished vocals blend with the song’s impassioned, take-me-as-I-am message, delivering a sweet, romantic Valentine that’s all about finding the perfect love in the last place you’d think to look.

« What I discovered when writing this song, » Sutherland tells Rolling Stone Country, « was that one gets to a point in life – hopefully earlier than later – when everything you need is already around you … if you’re lucky. » rollingstone.com

14199266_1442058689154643_5722162638456208249_n

13 février 2017

Commentaires fermés

24: LEGACY New Day. New Hero… Exit Jack Bauer & Kiefer Sutherland / 24 heures chrono revient mais sans Jack Bauer…

Le 5 février 2017, juste après le Superbowl, «24 : Legacy» est diffusé aux Etats-Unis, sur la chaîne FOX. Un reboot de 24 Heures Chrono qui n’emballe pas vraiment la presse américaine.

« 24 : Legacy » : Les premières critiques US ne présagent rien de bon ! http://www.directmatin.fr

 24: LEGACY New Day. New Hero... Exit Jack Bauer & Kiefer Sutherland / 24 heures chrono revient mais sans Jack Bauer... dans B/NEWS 2017 30585324legacysaison1affiche972836

Difficile de faire suite à Jack Bauer, parti pour devenir président dans une autre série, et sur une autre chaîne. Mais si Kiefer Sutherland n’a pas rempilé – il est néanmoins producteur exécutif, la chaîne FOX n’a pas pour autant abandonné l’idée de faire revivre l’une de ses vieilles gloires. C’est ainsi que débarque 24 Legacy, suite plus que reboot de la vénérable série d’action.

Dans cette nouvelle aventure, on change de héros pour rencontrer un certain Eric Carter, un ancien ranger, qui voit son ancienne équipe se faire décimer. Il va devoir faire affaire avec celle qui va peut-être devenir la Première Dame des États-Unis pour éviter une attaque terroriste.

« Avec 24 : Legacy, on comprend réellement à quel point Kiefer Sutherland était indispensable pour nous vendre la série ». www.cineserie.com

 

« But this material has seen better days, and 24: Legacy makes clearer than ever how much Kiefer Sutherland was needed to sell it ».

’24: Legacy’ A Greatest Hits Collection Badly In Need Of Jack Bauer: http://uproxx.com

 

24: Legacy : Season 1Critic score distribution. Critic Reviews: http://www.metacritic.com/tv/24-legacy/critic-reviews

  1. Positive: 9 out of 32
  2. Negative: 6 out of 32

Kiefer Sutherland has not yet confirmed an appearance, but is listed as an executive producer on the new FOX series. He did, however, relay his congratulations to the star of 24: Legacy, Corey Hawkins, on his new gig as Sgt. Eric Carter.

Kiefer Sutherland n’a pas encore confirmé une apparence, mais est répertorié comme un producteur exécutif sur la nouvelle série FOX. Il a cependant transmis ses félicitations à l’étoile de 24: Legacy, Corey Hawkins, pour son nouveau concert comme Sgt. Eric Carter.

 634388kiefertweet24legacy dans J/24 ( + Voir Filmographie):

« To the cast and crew of @24fox break a leg tonight. »
— Kiefer Sutherland (@RealKiefer) February 6, 2017

“Bonne chance au cast et à l’équipe de @24fox”

 

«Il ne s’agit pas vraiment d’un reboot, encore moins d’un spin-off et certainement pas d’un remake, explique Kiefer Sutherland. 24: Legacy, comme son nom l’indique, est son héritage. Parce que 24 est une série culte, mais nous l’avions déjà poussée très loin. Et parce qu’au vu du succès de Live Another Day, le public en demandait encore…»
Ainsi 24: Legacy est portée par une toute nouvelle équipe, sans Jack Bauer (Kiefer Sutherland est désormais producteur exécutif), mais avec Eric Carter (Corey Hawkins, vu dans The Walking Dead), en ex-ranger qui fait appel à la CTU (Counter Terrorism Unit) pour empêcher un attentat de grande ampleur…
Dès les premières images, on est dans le vif du sujet. Et, si le pilote est fidèle à l’ADN de 24, temps réel, menace d’attentat, CTU et split-screens compris, il introduit des personnages et des intrigues secondaires très différents. tvmag.lefigaro.fr

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Before: 24 Jack Bauer After: 24: Legacy Eric Carter

Avant, 24 heures Chrono Jack Bauer Après : 24: Legacy Eric Carter

948365jack8 85368024legacysaison1affiche974772

24 heures chrono est de retour, sans Kiefer Sutherland et avec un nouveau héros.

Dès les premiers instants, la sensation est familière : caméra fébrile, split-screen, musique de Sean Callery, situation de panique silencieuse, et premières pièces inquiétantes d’un puzzle apocalyptique. Le format en temps réel et le split screen seront de retour comme au bon vieux temps.

16 ans après la naissance du phénomène, 7 ans après sa fin et 3 après sa renaissance  (24: Live Another Day), 24 heures chrono est donc de retour, comme une vague de délicieuse nostalgie. 24 : Legacy reprend bien toutes les ficelles, tous les gimmicks et tous les codes de la série culte créée par Joel Surnow et Robert Cochran. C’est à la fois sa qualité indéniable, et sa faiblesse évidente.

Legacy ne perd pas une seconde pour entamer son odyssée chronométrée. Après une introduction sombre et brutale, dans la grande tradition de la série de la Fox, cette suite sans Jack Bauer ouvre les hostilités. Une poignée de scènes lourdement écrites exposent les bases de l’intrigue : Eric Carter (Corey Hawkins : ni étincelles ni fausses notes) est un ex-Ranger qui a participé à une mission pour tuer le terroriste Ibrahim Ben-Khalid, au nom de la CTU (cellule anti-terroriste) alors dirigée par Rebecca Ingram.

Sous une nouvelle identité et aux côtés de sa femme Nicole, il découvre que les autres membres de son équipe sont traqués par un groupe terroriste, prêt à tuer pour récupérer un objet mystérieux. Poussé hors de son terrier, il décide de partir lui-même à la poursuite de ses nouveaux ennemis. Au téléphone, il aura l’aide de Rebecca, qui a depuis quitté son poste pour aider son mari dans sa campagne présidentielle.

De l’incontournable CTU à la mention d’Edgar Stiles, collègue de Chloé décédé dans la saison 5 de 24 heures chrono, le fan sera en territoire connu. Il reconnaîtra surtout toutes les ficelles de la série originale. Générique, musique, mise en scène, décors, personnages secondaires : le pilote de Legacy est une caresse à l’attention des fans. Hormis une teinture bleutée de l’horloge et une modernisation du logo, 24 : Legacy marche donc sans hésitation dans les pas de son modèle.

Le premier épisode est sans surprise filmé par Stephen Hopkins, qui a installé les codes de la série originale en réalisant une partie de la première saison. Le revival est chapeauté par Manny Coto et Evan Katz, qui ont œuvré sur les aventures de Jack Bauer, mais tous les grands noms sont présents au générique du côté de la production – notamment Kiefer Sutherland comme producteur exécutif.

Le programme s’annonce donc parfaitement calibré. La chasse à la taupe est ouverte dès la moitié du pilote, avec la petite certitude qu’un membre haut placé dans la hiérarchie a vendu les soldats. La femme de Carter, qui se retrouve rangée chez son beau-frère et ex, semble prête à assurer le rôle de Kim Bauer – une civile mi-débrouillarde mi-tête à claque, qui sera sans aucun doute embarquée d’une manière ou d’une autre dans l’aventure. Également de retour : l’intrigue secondaire a priori déconnectée, qui tourne cette fois-ci autour d’un adolescent convaincu qu’une camarade prépare un attentat dans son lycée, sans se douter de l’ampleur de la chose.

Il n’y a pas de président au rang des héros, mais un candidat aux élections (Jimmy Smits) et surtout sa femme, ex-directrice de la CTU, interprétée par Miranda Otto qui avait joué sur le même territoire dans Homeland. Le pont entre la Cellule et Washington est donc assuré, de manière encore plus évidente qu’à l’accoutumée.

Inutile d’espérer une réinvention donc 24: Legacy emprunte à son modèle toute sa carcasse, pour le meilleur et pour le pire. Il sera donc facile de s’y plonger avec un plaisir certain, tout en reconnaissant que l’équipe de production n’a pas été chercher bien loin pour redonner vie à la chose. Le choix d’un jeune acteur noir sera sans nul doute un autre argument de poids pour considérer l’entreprise comme une manœuvre cynique, dans l’air du temps puisque les reboots, spin off et adaptations ont envahi les programmes américains.

Le vrai problème de ce pilote, c’est sa hâte. 24 : Legacy est pressé. Trop pressé. Certainement par peur d’ennuyer le spectateur et par désir de le fidéliser, les scénaristes ne perdent pas une seconde pour appuyer sur les détonateurs. En l’espace d’une trentaine de minutes, l’intrigue a avancé jusqu’à se retrouver à un stade de fébrilité et de panique qui aurait pris plusieurs épisodes à Jack Bauer.

La scène où la très sérieuse et respectable Rebecca sort son taser pour neutraliser son remplaçant à la tête de la CTU est lourde de sens : elle n’a pas le temps de chercher des preuves pour l’accuser au-delà des soupçons naturels, pas le temps de trouver une solution plus intelligente, pas le temps de prendre un détour susceptible d’ennuyer le spectateur venu chercher de l’action. La série, elle, n’a pas la patience ou l’envie de placer ses pions avec douceur, pour construire une intrigue avec finesse et réalisme – le mot ayant une définition toute relative dans 24 heures chrono.

Dès le pilote, Eric Carter donne des ordres à sa hiérarchie comme un Jack Bauer en pleine course contre la mort. La méthode bulldozer pourra faire sourire tant Legacy semble prêt à tout écraser sur l’autel de l’efficacité, à l’image de ce cylindre de béton qui roule sur les terroristes dans le climax.

C’est un peu grotesque, un peu bête, un peu simpliste, mais peu importe : Legacy retrouve un peu de cette énergie revigorante qui faisait de 24 heures chrono une odyssée folle et grandiose. Le titre assume le caractère photocopié de cette renaissance, dont le pilote suffisamment bien emballé suggère une chose : le concept est plus fort que le personnage.

L’âme de 24 heures chrono pourrait ainsi de ne pas se résumer à l’inimitable Jack Bauer (les scénaristes ne semblent même pas essayer de construire Eric Carter avec la même ambition), et 24 : Legacy pourrait finalement offrir une amusante dose d’action et de suspense. Le cœur n’y sera probablement pas, mais le contrat, destiné avant tout aux clients en confiance, sera rempli. Réponse dans les prochaines semaines. ecranlarge.com

 

24: Legacy Reviews: http://digg.com/2017/24-legacy-reviews-fox-is-it-good

 

24 Legacy aurait dû faire mieux qu’un simple changement de couleurs de son célèbre chronomètre. Ne prenant aucun risque, sentant la naphtaline à plein nez, cette suite ne s’assume pas suffisamment. Mais bon sang que c’est bon de repartir pour un tour – même sans Jack Bauer. http://fr.ign.com

 24 – 8 Seasons 192 Hours 11,520 minutes Promo

Image de prévisualisation YouTube

Une autre série culte des années 2000 est revenue et c’est 24 : Legacy.

Un remake efficace mais inutile

Avec nous, vous allez à l’opposé de tout ce que vous avez peut-être lu sur 24 : Legacy. Beaucoup ont détesté ce remake, y compris parmi nos confrères. Ce n’est pas notre cas. On a passé un bon moment devant les deux premiers épisodes qui ouvrent cette saison. L’action est toujours au rendez-vous, le héros court dans tous les sens et fait bien le job. …
En fait, le soucis de 24 : Legacy est qu’elle refait sans rien changer une série qui était arrivée en bout de course, qui avait usée son concept. On retrouve dans chacun des deux épisodes tout ce qui faisait le sel de 24 et tout ce qui finissait par nous énerver aussi dans la série qui a répété jusqu’à plus soif ses recettes. Du coup, on en vient presque à pouvoir anticiper chacun des coups que les auteurs ont préparé.
Un remake n’a de sens que si c’est pour réinventer un format. Si c’est pour refaire à l’identique, ça n’a aucun intérêt, même si on passe un moment pas désagréable devant.

24 : Legacy, une polémique justifiée ?

Depuis la diffusion de ces deux épisodes, on peut lire ici et là, que le propos de la série est dangereux, cautionnant la politique anti-musulman de Trump. Rappelons d’abord que ce n’est pas la première fois que la série essuie des critiques. Lors des premières saisons, on l’accusait d’être une série pro-Bush, de cautionner la torture, obligeant même les auteurs à faire leur mea culpa en début de saison 7 en faisant comparaître leur héros devant un tribunal. La série en a donc vu d’autres même si toutes les critiques qui lui étaient faites étaient souvent méritées.
La polémique est-elle justifiée ?

24 : Legacy a été écrite sous le mandat d’Obama, à une époque où sans doute personne ne pouvait penser que Donald Trump deviendrait Président, ce qui déjà met un peu à mal cette polémique. Car franchement on ne la comprend pas, en tout pas à l’aune de ces deux épisodes (en revanche, si à l’issue de la saison, la série n’a montré ni sauvé aucun personnage musulman, on aura un sérieux problème). Oui en ce début de saison, on rend tous les personnages suspects, c’est le principe même de la série que de jouer avec cette suspicion pour ensuite la désamorcer avec des twists pas toujours très fins d’ailleurs.
Et l’histoire de la série depuis son arrivée en 2001 nous a montré que c’est souvent à l’intérieur de l’appareil de l’Etat que se situe l’ennemi.
Peut-être la solution eut été de faire d’un américain musulman le héros de ce nouveau 24, la portée aurait été forte. Mais en même temps, ça a déjà été fait et la série, brillante, s’appelait Sleeper Cell.

24 : Legacy n’est pas une mauvaise série, c’est juste un remake inutile qui n’apporte rien de neuf mais qui vous fera passer un moment fun.

https://radiovl.fr

 

We miss Jack Bauer… And Kiefer Sutherland.

Jack bauer et Kiefer Sutherland nous manque…

Jack Bauer est toujours présent dans les esprits. Parce que, plus qu’un simple personnage, il a incarné le héros dont nous avions besoin.

C’est quoi, 24 ? Agent fédéral de la CTU de Los Angeles, Jack Bauer (Kiefer Sutherland)  a pour mission de neutraliser les menaces qui pèsent sur les Etats-Unis et d’empêcher les terroristes de mettre leurs plans à exécution, tout en protégeant sa famille. Agissant dans l’urgence, il n’a que 24 heures pour y parvenir… Prêt à tout pour défendre son pays, y compris aux méthodes les plus extrêmes, Bauer doit se méfier de tous. A commencer par ses collègues : tous ne jouent pas franc-jeu, et les ennemis infiltrés sont nombreux.

Image de prévisualisation YouTube

« Je suis l’agent fédéral Jack Bauer. Aujourd’hui, ce sera le plus long jour de ma vie » Ainsi commence 24 qui, en 9 saisons et un téléfilm (diffusés de 2001 à 2014), s’est évertuée à placer son héros dans des situations toujours plus complexes et dangereuses en inventant à chaque fois une nouvelle menace: attentat terroriste ou nucléaire, épidémie bactériologique, assaut militaire, piratage informatique… A charge pour Jack Bauer de neutraliser l’attaque – en seulement vingt-quatre heures. Toute l’originalité de 24 est là : raconter les événements en temps réel, en 24 épisodes couvrant théoriquement une heure chacun (45 minutes en réalité – publicité oblige),  une horloge apparaissant régulièrement en plein écran. Autre coup de génie, la technique de l’écran partagé (« split screen« ) montre plusieurs actions en simultané et le procédé, largement exploité, renforce le dynamisme et le sentiment d’urgence.  Même si l’on regarde 24 en pyjama, vautré sur le canapé, on n’en subit pas moins des poussées d’adrénaline à chaque rebondissement – et ils sont fréquents.

S’il n’oublie pas de faire fonctionner sa tête, Jack Bauer est une sorte de Chuck Norris de l’anti-terrorisme. Dans des situations survoltés et anxiogènes où l’on frôle la crise de nerfs et / ou la crise cardiaque, il tire d’abord et discute après. Objectivement, c’est un type peu recommandable : ses méthodes sont efficaces  mais pour le moins discutables. Le recours à la torture, notamment, a fait l’objet de vifs débats (y compris parmi les collègues et les supérieurs de Jack), posant la question de la place de l’éthique dans la lutte contre des terroristes déterminés et qui ne s’embarrassent pas de la convention des droits de l’homme…  Jack n’est pas franchement perturbé par le problème. Sans être sadique pour autant, la torture et les interrogatoires à coups d’électrocution (entre autres joyeusetés) sont à ses yeux un moyen nécessaire pour obtenir des renseignements. Pour Jack, la fin justifie les moyens, y compris lorsque ces moyens supposent la mort d’un ami ou d’un innocent. 24 soulève là une autre interrogation, presque philosophique : un acte immoral est-il justifié s’il conduit au Bien ? Pour le dire de manière plus concrète, peut-on tuer un homme pour en sauver des centaines, voire des milliers ?  Pour Bauer, la réponse est clairement oui.

Reconnaissons que notre héros est droit dans ses bottes, et qu’il ne cesse de se mettre lui-même en danger, payant au prix fort le succès de ses missions : sa vie sentimentale est un désastre (il perd successivement toutes les femmes qu’il aime – de manière plus ou moins tragique), il devient toxicomane, se fait virer un nombre incalculable de fois, il se fâche un temps avec sa fille, est détenu et torturé dans une prison chinoise, il simule sa mort pour tenter de disparaître, s’exile en Afrique, et finit en renégat obligé de fuir les services secrets de son propre pays !  Jack Bauer est  un martyr, toujours prêt à se sacrifier pour le Bien – qui, en l’occurrence, coïncide avec l’intérêt national.

Cette ambiguïté, caractéristique essentielle du personnage, est poussée à l’extrême et lui enlève la crédibilité qu’il pouvait avoir dans les premières saisons. Jack Bauer est un superhéros du contre-terrorisme, une machine increvable qui survit à tout (virus mortels, crises cardiaques, fusillades, explosions, tortures, enlèvements) , déjà mort et ramené à la vie plusieurs fois. C’est un Designated Survivor avant l’heure. Ça en deviendrait presque ridicule, si cette accumulation ne finissait par faire de lui une figure symbolique, plutôt qu’un personnage réaliste. Or, le réalisme des crises que doit affronter le héros renforce cette puissance symbolique. Car la série créée par Joel Surnow et Bob Cochran (déjà derrière Nikita) a souvent préfiguré les évènements, de manière étonnante. Diffusée après le 11 Septembre, traumatisme pour les Etats-Unis et le monde occidental, 24 a su anticiper les menaces terroristes avec une acuité remarquable, puisque chaque saison est écrite environ 9 mois avant la diffusion. Celle centrée sur un virus bactériologique, par exemple, coïncide avec le démantèlement d’un groupe terroriste fabriquant de l’anthrax ; le cyber espionnage orchestré par le gouvernement chinois suit de près celui… orchestré par le gouvernement chinois dans la série !  Et bien sûr, le candidat afro-américain David Palmer (Dennis Haysbert) a précédé de plusieurs années Barack Obama à la Maison Blanche.

Les temps désespérés requièrent des mesures désespérées : dans le cadre géopolitique et en pleine crise internationale, nous avons besoin d’un héros capable de nous protéger des menaces extérieures et des ennemis tapis dans l’ombre, de quelqu’un pour prendre la situation en main et venir à notre secours. Voilà pourquoi, en dépit d’une noirceur, d’une violence et d’une pratique récurrente de la torture qui auraient pu en faire un anti-héros,  Jack Bauer a quelque chose d’un sauveur, et est devenu une icône de la culture populaire. La preuve ? Après l’attentat manqué du 1er Mai 2010 à Times Square et la capture d’un terroriste dans les jours suivants,  le chef de la police de New York a déclaré : « Jack Bauer l’aurait fait en 24 heures ; mais 53 heures, c’est déjà pas mal. » !

Novatrice dans sa forme et étonnamment pertinente sur le fond, 24 a bouleversé les codes des séries télé ; nous verrons si la nouvelle version soutient la comparaison ou si l’originalité s’est émoussée. Jack Bauer, lui, a raccroché après 8 saisons de bons et loyaux services, au cours desquelles il n’a cessé de nous sauver. Eric Carter (Corey Hawkins), a la lourde tâche de prendre la relève : c’est lui, désormais, qui va connaître le plus long jour de sa vie. https://radiovl.fr

La dernière saison de 24 Heures Chrono , tournée quatre ans après le premier arrêt de la série, avait laissé Jack bauer en très fâcheuse posture… puisque le plus célèbre des agents secrets avait choisi de se livrer aux Russes et de gagner Moscou afin de recevoir le châtiment qu’il pense mériter après toutes les actions qu’il a menées.

Quelques années plus tard, la série à succès revient, toujours sous la même forme du temps réel, mais avec de nouveau héros. Le protagoniste principal de l’histoire, Eric Carter, sorte de Jack Bauer en un peu plus jeune, est un ancien militaire qui a participé au meurtre du terroriste Ibrahim Bin-Khalid, au Yemen.

Revenu aux États-Unis, le valeureux Marine constate avec terreur que des hommes de main du terroriste se sont infiltrés sur le sol américain pour, dans un premier temps, abattre de sang froid tous les soldats ayant participé au fameux raid au Yemen… ainsi que leur famille !

Contraint et forcé, Carter appelle son contact à la CTU, la célèbre division anti-terrorise dans laquelle oeuvrait Jack Bauer, pour lui venir en aide.

Des ficelles toujours plus grosses

Si la plupart des faits qui se sont déroulés dans 24 étaient déjà gros comme des maisons (Président des USA ripoux, meurtre d’un agent de la CIA de sang froid par Jack Bauer, on en passe et des meilleurs), ce remake semble vouloir faire encore plus fort.

Jugez plutôt. Le nouveau directeur de la CTU est d’emblée un des principaux suspects, liés aux sbires de Bin Khalid, l’ancienne directrice n’hésitant pas à le frapper pour garder, temporairement le contrôle d’une action secrète qu’elle mène avec un analyste, alors qu’elle est censée se trouver à un gala de charité avec son sénateur d’époux, candidat à l’élection présidentielle…

De son côté, un des proches amis de Carter, qui a participé au raid, totalement marginalisé, songe sérieusement à vendre des fichiers de cellules terroristes dormantes aux successeurs de Bin Khalid…

Rien de bien neuf sous le soleil

Lancée le 5 février sur la Fox, cette nouvelle salve n’apporte rien de bien nouveau à la série. Si le casting est plutôt correct, Corey Hawkins, le nouveau Bauer, n’a clairement pas le même impact que Kiefer Sutherland, qui avait vraiment apporté un fameux influx nerveux à la série. Le scénario, lui, tient la route et tiendra les téléspectateurs en haleine, pour peu qu’ils ne s’arrêtent pas trop aux énormités…

Grosse polémique

Présentée en marge du Super Bowl, la série a été victime d’une belle polémique sur les réseaux sociaux, les méchants de l’histoire étant à nouveau des fanatiques musulmans, prêts à tout pour faire verser le sang sur le territoire américain. En plein Muslim Ban signé Donald Trump, la donne est évidemment un peu délicate, même si la série a évidemment été tournée avant l’élection du nouvel homme fort des USA et du monde… http://www.dhnet.be/medias/television

 

24: http://kiefersutherlandfilmographie.ek.la/2010-24-la-fin-d-une-serie-culte-a107029034

12345...876

balade en terre du mileu |
coconutsland |
laubedufantastique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kelhorreur
| sslstreaming
| celine fait son cinema