BAFTA interview

21 avril 2010
Image de prévisualisation YouTube

Cliquez pour l’interview dans son intégralité (29 min) :

BAFTA interview dans → BAFTA (British Academy) 570758Image0

Un grand merci à Catherine pour la traduction

Andrew Collins ….Et voici l’homme qui est Jack Bauer

Vous êtes né à Londres, je crois.

Kiefer : Mon père et ma mère sont venus ici pour faire du théâtre. Quand j’ai tourné un documentaire sur mon groupe de musique (Y Trust You To Kill Me), je voulais montrer au réalisateur où je suis né, à l’hôpital St Marie à Paddington. Je retrouve l’endroit, on se met à tourner, j’explique ce que faisait mes parents faisait…et voilà c’est là l’hôpital St Marie où je suis né. C’est la première fois que je le revois depuis décembre 1966. Et juste quand je dis cela, une énorme boule de démolition détruit le mûr nord. Le timing était incroyable, je dois donc être le dernier à avoir vu l’hôpital St Marie.

AC : vous sentez-vous chez vous à Londres ?

K : je me sens chez moi ici. J’ai travaillé avec Maurice Dunster, il a travaillé 20 ans avec mon père et 23 ans avec moi depuis Young Guns, non 1969 (Maurice Dunster est un acteur, producteur et assistant de Kiefer Sutherland , et qui interprète un agent de sécurité au cours de la saison 1 de 24 ). Il est mort l’an dernier. C’était mon meilleur ami…Mais aussi quand on m’envoyé voir mon père, c’était avec lui que je passé mon temps, car mon père travaillait. Il m’emmenait voir la relève de la garde. J’aime beaucoup Londres.

AC : qu’est-ce que 24 a changé dans votre vie ?

K : La série a eu un succès incroyable. Je suis devenu plus célèbre et plus riche. Mais ce qui est le plus important, c’est que ça m’a appris beaucoup en tant qu’acteur. Par exemple, dans les années 80, la carrière parfaite d’un acteur comme Rober De Niro, c’était de faire un film tous les 3 ans, mais un film important. Mais moi, si j’étais un sportif de haut niveau, je m’entrainerais tous les jours. Si j’étais un grand chirurgien, je m’entrainerais tous les jours. Or dans 24, j’ai travaillé 14h/jour, 4 jours/semaine, 10 mois/an pendant 9 ans. Ça m’a tout apporté. La façon de lire un script comme je ne l’avais jamais fait avant. Ça m’a permis d’en voir clairement les défauts et plus que tout ça m’a donné une grande confiance qui va me servir toute ma vie.

AC : comment cela a commencé ?

K : on a tourné un pilote qui était beaucoup plus cher que le reste de la saison, ce que je ne comprends pas. Et ensuite on a tourné 12 autres épisodes puis quand on nous a commandé les 11 épisodes suivants, je n’oublierais jamais ce que Joël Surnow m’a dit : je ne sais pas comment je vais écrire le reste, c’est à cause du temps réel. Chaque fois que j’ai eu une idée et que je l’ai soumise à Howard Gordon, cette idée était impossible à réaliser, ce qui est drôle quand on pense au thème de la série. La première fois que je me suis rendu compte de ce que signifiait le temps réel, c’est dans la saison 1. J’ai dit que c’est ridicule, on ne peut pas traverser Los Angeles en 1 heure. Il y a beaucoup d’embouteillage, plus qu’ici. Et là, j’ai u arriver un hélicoptère. Il fallait donc se creuser la tête.

C’est Stephen Hopkins qui a réalisé la saison 1.

La première fois que j’ai lu le script, sur la première page, il était écrit : les événements se déroulent en temps réel. Qu’est-ce que cela veut dire ? Où est mon rôle ? Je n’avais vraiment aucune idée de ce que le temps réel voulait dire et ce n’est donc par pour cela que j’ai choisi 24 mais pour les relations entre les personnages. J. Surnow et le directeur de la Fox avaient décidé de tuer ma femme Teri et on s’est disputé parce que j’ai pensé que le public ne le supporterait pas. Quand l’épisode a été diffusé, les gens étaient en colère, émus, et aussi ravis, car ils ne s’y attendaient pas. Pou moi, cela m’a beaucoup appris, que je ne pouvais pas juger à la place du public. C’est la première leçon que j’ai retenue.

EXTRAIT saison 1 : la mort de Terri

AC : oui, on voit l’utilisation du split screen.

K : c’est Stephen Hopkins qui a eu l’idée du split screen en voyant un film chinois quelques années avant. Il avait beaucoup aimé et c’est devenu un symbole pour note série.

C’est la première fois (saison 1) où on a brisé le temps réel avec le flashback.

AC : oui, c’est devenu un symbole.

Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce rôle ?

K : dans la saison 1, ma fille avait 13 ans (Sarah), elle en a 24 maintenant. Et c’est le côté du personnage que j’aime le plus. Il a de grandes responsabilités, protéger le futur président, la sécurité du pays, mais il n’arrive pas à contrôler sa fille de 15 ans. Et je comprends très bien et c’est très intelligent, car cela montre les zones d’ombre du personnage et c’est ce que j’aime le plus.

EXTRAIT saison 3 : la mort de Chapelle

AC : ça m’a interloqué. C’est le top!

K : ça a défini ce qu’on voulait faire. La saison 1 n’était pas aussi définie. Jack Bauer est un personnage qui est confronté à des situations où il ne peut pas gagner. La première pièce que j’ai joué Throne of straw et à propos du chef du ghetto Lods qui décide d’envoyer les vieux à Auschwitz pour sauver les enfants. C’est une décision où il n’y a pas de gagnant. J’avais 11 ans, je regardais jouer l’acteur en coulisse et ce dilemme est le plus grand drame que je n’ai jamais vu. Pour Jack Bauer, c’est pareil, il doit sacrifier 10 personnes pour en sauver 1000 autres et il ne peut pas gagner en faisant cela.

AC : la scène est statique, il n’y a que la caméra qui bouge. C’est vraiment bien filmé et bien joué.

K : dans cette scène, je ne pouvais pas bouger, car je m’étais fracturé la rotule. Dans une scène de fusillade, j’ai dû boiter avec une mitraillette et c’était ridicule. Carlos Bernard, c’est aussi cassé la cheville. On a une scène ou on se bat et on ne pouvait pas faire grand-chose. Mais ce qu’il m’ont fait dans cette scène, ça me coupe le souffle.

EXTRAIT saison 3 : Jack coupe la main de Chase

AC : la violence de la série a été critiquée

K : par les Américains, je trouve cela assez ironique. Ma réplique préférée, c’est dans la saison 2 où j’ai besoin d’une hache pour couper une tête

et la mettre dans un sac. Il faut créer des circonstances pour créer une tension dramatique. La série a été créée avant les terribles  événements du 11 septembre.

Surnow voulait créer une série en temps réel et il devait trouver un personnage qui doit rester éveillé pendant 24 heures. Un pompier ou un agent terroriste, il a choisi un agent anti-terroriste. J’aurais aimé que cette série reste dans des faits imaginaires pendant 8 ans, malheureusement ça n’a pas été le cas. On a utilisé la torture comme un ressort dramatique pour montrer l’urgence de la situation, l’importance d’obtenir des informations, le désespoir, car dans les premières scènes c’était très dur pour Jack, ensuite c’est devenu plus facile.
En bref, il fallait créer une situation dramatique. Ma scène préférée, c’est quand je tire dans le genou de la femme de Peter Weller pour le faire parler.
Je ne conseille pas cela, je crois en la procédure légale. Je ne suis pas d’accord avec ce qui s’est passé à Abu Ghraïb et à Guantanamo, mais il ne faut pas être naïf et prétendre que cela n’arrive pas. Ce que j’aime c’est que les discussions au sujet de la série sont plus profondes que la série elle-même.

AC : parlez-nous de la saison 8

K : dans les huit derniers épisodes, Howard Gordon et son équipe ont écrit une fin qu’ils n’avaient jamais pu écrire jusque- là, car il fallait toujours laisser un lien pour la saison suivante.

AC : on va voir la mort de Tony

EXTRAIT saison 5 : la mort de Tony

AC : on s’est attaché à ce personnage

K : par exemple, Reiko a été engagé pour un petit rôle pour 3 mois et 3 ans après, c’est devenu un rôle important. Comme tout n’est pas écrit au départ, on peut essayer des trucs. Pour moi, il y a beaucoup de choses en commun entre la TV et le théâtre. En effet, la série était diffusée pendant que l’on tournait donc on avait la réaction du public.

AC : comment s’est passé le tournage de la dernière scène ?

K : on savait qu’il fallait arrêter la série pour faire le film. Sur le plateau, en haut, il y a les auteurs et moi je joue en bas. Tout le monde est descendu pour la dernière scène et j’ai regardé ces personnes qui sont mes meilleurs amies, ma famille, car j’ai passé plus de temps avec eux qu’avec ma vraie famille. J’ai voulu dire quelques mots, mais mes lèvres ont tremblé, j’ai perdu ma voix, j’ai regardé mes pieds, car si en particulier je regardais ce machiniste qui avait les larmes aux yeux et qui pourtant est un mec très dur…(Il mimi l’effondrement).

Les films qui sont fait de nos jours sont des films à grand spectacle. Moi les films qui m’intéressent en tant qu’acteur sont faits à la TV. D’ailleurs, les acteurs sont en train d’immigrer à la TV. Nick Nolte et Dustin Hoffman sont en train de faire une série réalisée par Michael Mann. C’est bizarre. Quand j’étais jeune, et qu’on voulait voir Robert Redford ou Donald Sutherland, il fallait payer 5 dollars et aller au ciné, car il n’y avait que 5 chaines TV….. Maintenant, il y en a 500 et donc si je veux voir un film avec Robert Redgord ou Donald Sutherland, je peux le trouver à la TV sans problème et si je n’y arrive pas, j’ai Netflix (location de DVD par la poste ou en ligne). La séparation entre la TV et le cinéma n’existe plus.

AC : oui…Je pensais que pour parler à Kiefer, il fallait être attaché et qu’il allait me tirer dans le genou.

Joignez-vous à moi pour remercier Monsieur Sutherland!

254884Image1 dans → BAFTA (British Academy)

223794Image2

264443Image3

725882Image4

986411Image5

846635Image6

817589Image8

0 Réponses à “BAFTA interview”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


TRANSLATE :

Upload image Upload image Upload image Upload image Upload image Upload image Upload image Upload image

Hebergeur d'image

Upload images

mail0

KIEFER SUTHERLAND PARLE FRANÇAIS ! (Kiefer speaks french)

Hebergeur d'image

Catégories

BIOGRAPHIE (photos, vidéos) – 4 pages

Hebergeur d'image

FACEBOOK – Encore plus de Photos et de News! LIKE on Facebook! « j’aime » !

Upload image

Upload image

Suivez Kiefer Sutherland-Monkief sur TWITTER. FOLLOW! Toutes les News sur Kiefer Sutherland

FILMOGRAPHIE Kiefer Sutherland

Hebergeur d'image

TOUCH Kiefer Sutherland

Hebergeur d'image

Visiteurs

Il y a 7 visiteurs en ligne

Upload images

Hebergeur d'image

Wallpapers (merci Galin)

Upload image

Kiefer Sutherland - Monkief est un blog de fans à but non lucratif.

S’abonner à Monkief (flux RSS des articles)

Site optimisé pour Firefox

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

ARCHIVES Monkief : 2008 – 2014


balade en terre du mileu |
coconutsland |
laubedufantastique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kelhorreur
| sslstreaming
| celine fait son cinema