Auteur des archives | jennyalice

À propos de jennyalice

MONKIEF: The Kiefer Sutherland Fan Site – Monkief is a nonprofit fansite about a world-renowned actor KIEFER SUTHERLAND / MONKIEF : Le Site des Fans de Kiefer Sutherland - Monkief est un site de fans, à but non lucratif, sur l’acteur de renommée internationale KIEFER SUTHERLAND.

“Melancholia” Interview Alexander Skarsgard et Kiefer Sutherland – traduction française

6 octobre 2011

4 Commentaires

Image de prévisualisation YouTube

Traduction par Virginie

KS : On peut prolonger [l'interview].
-  Prolongez là autant que vous souhaitez.
KS : On n’avait pas le droit de faire ça en Suède.
AS : Non!

[PRESENTATION]

- Il y avait des règles pour cette activité ? C’est ce que vous voulez dire ?


KS : Une des choses les plus extraordinaires pour moi c’était la déstructuration des règles. J’ai fais 80-90 films, 198 épisodes de ’24′, ce qui représente une autre centaine de films, et il y a une constance d’après mon expérience : les acteurs lisent la scène, la bloquent, la répètent et ensuite la tournent. Et la toute première scène que j’ai tournée c’était avec Charlotte Gainsbourg. Lars nous a amenés devant une porte et a dit « Je veux que vous alliez dans cette pièce et que vous jouiez la scène ». J’ai dit d’accord, j’allais ouvrir la porte et il a dit « Non, non, pas encore. » Il a dit « Ça tourne » et « Action ». J’ai dit « Tu plaisantes ? » J’ai regardé Charlotte et je lui ait dit « Tu va à gauche, je vais à droite et on se retrouve au milieu pour faire la scène ». Tout ce que j’ai entendu c’est Lars crier « ‘Silence ! » Alors on est entré et on a joué la scène. Ça m’a prit une minute pour l’accepter, mais j’étais tellement occupé à trouver / comprendre la scène que toutes les choses techniques que j’avais apprises au fil des ans sur la manière de travailler avec la caméra et de jouer en fonction de la caméra, ont disparues; parce que j’étais plus occupé à trouver la scène avec l’autre acteur. Il y avait une liberté incroyable en travaillant comme ça, mais j’ai regardé Lars avec moi en particulier mais… je pense que tout le monde a eu son expérience personnelle, propre… mais il a déstructuré tout ce que j’avais appris ces 20 dernières années.

 

[...]

TOUCH, la nouvelle série avec Kiefer Sutherland

6 octobre 2011

Commentaires fermés

Si on n’a pu en voir qu’un long trailer, lors de la présentation internationale dans le cadre du Mipcom, la série apparaît fidèle à la réputation qu’elle s’est bâtie en quelques mois : mêlant éléments tangibles et univers complexe, interconnexion et impossibilité de communiquer, elle apparaît comme un savant mélange d’action et d’aventure humaine.

« Dans « 24²²²h », les choses étaient assez simples. A chaque saison, on savait que Jack Bauer allait vivre une putain de mauvaise journée. Ici, les choses sont nettement plus complexes », confirme l’acteur, présent mardi à Cannes. Un facteur qui s’est révélé déterminant dans son choix de ressigner pour une série télé. « Tim m’a dit que la série était avant tout un voyage au cœur des émotions de ce père confronté à son fils qui ne parle jamais. Or, dans « 24h », j’avais un rôle où je devais refouler toute émotion, ça m’a évidemment donné envie de foncer. »

TOUCH, la nouvelle série avec Kiefer Sutherland dans K/TOUCH (saison 1) pict_364113

Tim Kring, ex-créateur de « Heroes », reconnaît quelques points communs entre « Touch » et sa précédente création : « La thématique internationale, bien sûr, et l’interconnexion entre les personnages, qui reflète la particularité de notre époque. Toutefois, l’attention est davantage portée sur les liens qu’entretiennent les personnages plutôt que sur le suspense. L’arc de la série porte sur la question de savoir si d’autres personnes vivent la même situation que le fils de Kiefer » , précise le scénariste.

Sur ce plan, les informations restent parcimonieuses. Tout juste sait-on que Martin Bohm (Kiefer Sutherland) découvre un jour que son fils de 11 ans, Jake, muet et vraisemblablement autiste, peut prédire des événements avant qu’ils ne se produisent. Un fait d’autant plus troublant que ces événements semblent entretenir des liens entre eux, que seul Jake est capable de « déchiffrer ». Martin est soutenu dans sa quête par un spécialiste des gamins surdoués incarné par Danny Glover.

Concernant cette capacité particulière, on songe bien sûr à « Numb3rs », série qui sondait les relations logiques (et mathématiques) existant entre des phénomènes apparemment sans lien. Une série qui avait réussi à séduire un public plutôt jeune, n’ayant pas forcément le profil de geeks(1). Pas de super pouvoirs en revanche pour Kiefer Sutherland. « Son fils n’ira jamais mieux, ils n’auront jamais une meilleure relation mais c’est la seule restriction de ce personnage et il y a un tas d’autres possibilités à explorer. Sans oublier la touche d’humour qu’impliquent ses difficultés de communication avec son fils. » Question d’autant plus intéressante à traiter dans un monde réputé hyper-connecté.

Cette donnée, la nouvelle série, attendue à la fin mars aux Etats-Unis, n’entend pas la négliger. « Les extensions 360° sont une nécessité aujourd’hui , souligne Kevin Reilly, président de la division Divertissement de la Fox. On ne peut pas pitcher un nouveau projet sans y penser. Il faut alimenter le public via les médias sociaux car si vous ne le faites pas, vous courrez le risque que d’autres le fassent à votre place » . En d’autres mots, pour connaître la suite, restez connectés

(1) Jeunes férus de technologies allant bien au-delà de l’informatique.

lalibre.be

Kiefer Sutherland pense que l’Amérique « sous-estime » le public dès qu’on évoque la télé et le cinéma.

6 octobre 2011

Commentaires fermés

Quand il a lu le scénario de sa nouvelle série, la première pensée de Kiefer Sutherland a été « M***e ». Parce qu’il savait qu’il n’avait pas d’autre choix que d’accepter le rôle.

La star interprète le rôle de Martin, un père qui doit trouver un moyen de communiquer avec son fils Jake, qui est autiste et muet. Martin réalise vite que Jake peut prédire l’avenir.

Kiefer a lu le scénario peu de temps après avoir terminé 24 heures et se préparait à jouer dans des films. Pourtant, la nouvelle série l’a attiré et il s’est senti obligé d’y participer.

« Après 24 heures, je ne m’attendais pas à retourner à la télévision aussi vite. Ça a été une expérience incroyable et je voulais du temps pour la digérer, et il y avait beaucoup plus à digérer que ce que je pensais. Il y a des films que je voulais faire, a-t-il expliqué. J’étais à la page 25 et je me souviens avoir posé le scénario et m’être dit :’ M***e, je ne peux pas passer à côté de ça, il faut que je le fasse. »

Photo de l´article

Quand il jouait le rôle de l’agent Jack Bauer dans 24 heures chrono, Kiefer devait interpréter un homme d’action qui agissait avant de réfléchir. Son nouveau rôle est à l’opposé de ça, c’est ce qui l’a attiré.

« Quand j’ai demandé à Tim (Kring, auteur et créateur) ce qu’il voulait faire avec la série, il m’a parlé d’émotion. Mon boulot dans 24 heures, c’était justement de la retenir, alors entendre ça c’était comme une porte ouverte pour moi, a-t-il dit au Hollywood Reporter. En Amérique, on a cette habitude terrible de sous-estimer le public. Si tu donnes au public le meilleur de toi-même et que tu ne le sous-estimes pas, le retour est invraisemblable. »

bluewin.ch

Au Mipcom de Cannes, Kiefer Sutherland : « Je ne pensais pas replonger aussi vite » avec la nouvelle série TV Touch

6 octobre 2011

Commentaires fermés

Au Mipcom de Cannes, Kiefer Sutherland :

Dans Touch, la nouvelle série que Century Fox doit lancer au mois de mars, aux États-Unis et dans plusieurs autres pays, Kiefer Sutherland joue le père d’un garçon de douze ans qui s’aperçoit que son fils, qui n’a jamais parlé, est capable de prévoir des événements dramatiques avant qu’ils ne se produisent grâce à un don étrange qui lui permet de mettre en relation des faits qui n’ont, apparemment, aucun lien entre eux. « Il voit le monde comme une immense équation mathématique dont lui seul comprend les paramètres », explique l’acteur qui, pour venir à Cannes a troqué le blouson et les tee-shirts troués de Jack Bauer pour un ensemble costume cravate qui le fait ressembler à Bret Easton Ellis plutôt qu’au héros de 24 heures chrono.

« Je ne pensais pas replonger aussi vite »

Pour ceux qui croyaient que l’acteur avait tiré un trait sur les séries télé depuis la mort de Jack Bauer et qu’il se consacrerait désormais au cinéma, comme pouvait le laisser penser son rôle dans Melancholia de Lars Von Trier, ce retour au petit écran est une surprise. « C’en est une pour moi aussi, assure Sutherland. Je ne pensais pas replonger aussi vite. À tel point que quand la Fox m’a appelé pour que je lise le scénario de Touch j’ai dit non. Finalement, je me suis quand même fait avoir. J’ai commencé à lire le scénar et à la page 25, je me suis dit arrêté en me disant : ”Meeeerde ! Non seulement le concept était génial mais en plus ça jouait sur l’émotion et sur les rapports père-fils.” Je ne pouvais pas dire non ».

L’acteur a même demandé à coproduire la série comme il l’avait fait pour 24 H. « Au vu de la première saison, poursuit-il, c’est une des choses dont je suis le plus fier dans toute ma carrière. Au fond, chaque épisode de 24 H pouvait être résumé à ceci : “Jack Bauer va passer une putain de mauvaise journée”. Là, c’est nettement plus compliqué. Chaque épisode forme une histoire complète, mais l’ensemble des 13 épisodes raconte une histoire encore plus complexe. C’est vraiment très fort, y compris émotionnellement ».

On doit l’idée de Touch à Richard «Tim» Kring. Le scénariste, créateur de la série Heroes, accompagnait Kiefer Sutherland à Cannes ( Danny Glover, qui joue le rôle d’un vieux professeur qui va aider le père à comprendre les signes que lui transmet son fils, n’a pas pu faire le déplacement…).

Pour lui, « Touch parle du monde interconnecté dans lequel nous vivons, mais d’une façon originale : on n’est pas reliés que par la technologie, toutes nos actions et nos paroles influent sur le comportement des autres. C’est cela que peut voir le fils du héros ». Au vu de la Bande-annonce présentée hier (4 octobre) au Mipcom, il nous tarde aussi de voir Touch.

varmatin.com

I didn’t expect to come back to television as quickly as I have,” said Sutherland. “There were some films that I wanted to do, some things I was developing… I got a call from Peter Chernin and a call from Kevin, who both asked me to take a look at the script. And I said ‘I’m really not anticipating going back to work at this time, so I don’t wanna waste your time’. And they told me ‘Just read it…’”

Hence the show, which Sutherland knew he wanted to do after reading 25 pages. “It’s a genius concept, but at the root of the story it is a very intimate personal story that has a thrilling aspect to it; that has drama attached to it… It had everything.”

Touch is about a man whose son never speaks, but sees the world through mathematical formulae, which may give him the power to see the future. Sutherland plays the father, who (judging by the trailer) learns that it’s his mission to interpret his son’s numerical puzzles in order to prevent… well, prevent bad things from happening. One clip seemed to show a suicide bomber, for example.

Mip

1...358359360361362...782

balade en terre du mileu |
coconutsland |
laubedufantastique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kelhorreur
| sslstreaming
| celine fait son cinema